Aller au contenu Aller à la navigation principale Aller à la recherche
SNCF

Tech SNCF est un site de SNCF

Énergie : modéliser, pour mieux consommer

Le groupe Energie d'Innovation & Recherche vient de finaliser un projet centré sur le développement d'un outil de simulation de la consommation énergétique des gares. Explications.

« Pour SNCF, les 3000 gares du réseau représentent un enjeu important en termes de consommation d’énergie, explique Guillaume Gazaignes, responsable du groupe Energie au sein de SNCF Innovation & Recherche. Chacune d’entre elles est aussi un bâtiment complexe où se croisent de multiples usages. Si l’on souhaite agir sur la facture énergétique des gares,  il est donc primordial d’améliorer la connaissance que nous avons de leur consommation. C’est l’enjeu du POC qui a été lancé en juin dernier avec l’IRT(Institut de recherche technologique) Railenium et qui s’est achevé en octobre avec la livraison d’un prototype de logiciel. »

Une dizaine de variables

Au croisement du big data et de la modélisation, cet outil permet de projeter la consommation d’une gare donnée à partir d’une dizaine de variables (superficie, implantation géographique, fréquentation, données climatiques, liste d’équipements particuliers…). « Pour le mettre au point nous nous sommes appuyés sur les relevés détaillés dont nous disposons pour de nombreuses gares, explique Jean-François Tremong, chef de projet au sein du groupe Energie. En combinant ces données réelles avec les différentes variables nous avons été capables de définir plusieurs groupes de gares à la typologie proche, ainsi des modèles de consommation (facture globale, profil de chauffage, profil d’éclairage…) propres à chaque groupe. » Ainsi, en faisant tourner ce modèle, on peut prévoir la consommation théorique des nouvelles gares, repérer plus facilement les dérives de consommation, voire identifier à terme d’éventuels gisements de flexibilité et d’effacement…

Vers l’industrialisation ?

Prochaine étape ? « Les tests menés sur des gares dont on avait gardé les données de consommation en réserve ont prouvé la pertinence de l’outil, avec une dissimilitude inférieure à 10% pour le meilleur groupe, poursuit Guillaume Gazaignes. Aujourd’hui de futurs utilisateurs potentiels, Gares & Connexions et SNCF Immobilier en tête, ont d’ores et déjà fait part de leur intérêt envers ces travaux. Mais avant d’envisager toute industrialisation il nous faudra mettre en œuvre un vaste chantier de recensement et de fiabilisation des bases de données. »