Aller au contenu Aller à la navigation principale Aller à la recherche
SNCF

Tech SNCF est un site de SNCF

Ma dose de tech

Inscrivez-vous à la newsletter TechSNCF et recevez
le meilleur de la technologie au service des mobilités !

Immersion au cœur du lab MMR

Lancé en janvier 2014, le Lab Maintenance du Matériel Roulant est entré en phase P, pour Projets et Propositions. Une étape clé portée par une équipe resserrée qui associe la direction du Matériel SNCF et Innovation & Recherche, en toute complémentarité.

Précédemment

Imaginer une maintenance à hautes performances et innovante, adaptée aux exigences de l’exploitation du matériel roulant, avec l’ambition d’explorer tous les types de performances et pas seulement la performance technique. Tel est le fil conducteur d’une démarche collaborative de conception innovante (le Lab), sponsorisée par le directeur délégué du Matériel. Elle a mobilisé une communauté de 80 personnes issues des différentes branches de l’entreprise. La première phase du Lab a été celle d’une mutualisation intensive des connaissances, au rythme d’une journée par mois sur un semestre. Elle a fait une large place à des interventions d’experts, du ferroviaire et d’autres secteurs comme l’aéronautique. La communauté du Lab s’est ensuite réunie pour un séminaire de conceptualisation de deux jours, en septembre 2014. Il a permis de formaliser quatre concepts : hypermaintenance, maintenance transformable, maintenance expansive et maintenance novatrice. Ils recouvrent sept axes d’exploration, qui eux-mêmes rassemblent 123 pistes d’action.

Les enjeux actuels

« Le Lab est aujourd’hui en phase P. Elle consiste à qualifier les 123 pistes d’action, car toutes n’ont pas le même degré de maturité. Notre objectif est d’identifier celles qui ont beaucoup de potentiel afin de définir un programme d’innovation et de recherche pluriannuel », résume Mac-Lan Nguyen, responsable du groupe de recherche Systèmes Mécaniques et Interactions, à Innovation & Recherche. Les idées les plus matures, pour certaines explorées avant le Lab par la direction du Matériel, comme le télédiagnostic temps réel, donneront lieu très vite à des projets de recherche et développement. « Nous les avons sélectionnées pour construire une première feuille de route, qui rassemble environ 10 % des pistes d’action, précise Bruno Langlois, responsable de l’Ingénierie de maintenance à la direction du Matériel. Nous l’avons partagée avec les Activités, dont certains Technicentres de maintenance, et la direction industrielle. » D’autres idées doivent faire l’objet d’explorations complémentaires, sous la forme de thèses, ou de miniLabs comme celui organisé bientôt sur la thématique « usine du futur », avec l’enjeu de repenser les espaces et les installations de maintenance. Une deuxième feuille de route, finalisée avant l’été, comportera des projets de moyen ou long terme. Ils pourront être menés par la direction du Matériel, Innovation & Recherche ou les différentes Activités de SNCF.

Une équipe restreinte, mais très ouverte

Pour Dominique Laousse, cette approche complémentaire répond à une logique métier-méthode. « Le métier est indispensable pour nous ancrer sur l’opérationnel. Mais nous ne devons pas trop nous accrocher aux pratiques terrain établies, au risque de perdre de vue l’aspect rupture qui est la raison d’être du Lab. » Des binômes Maintenance – Innovation & Recherche, pilotes de concept, sont en passe d’être nommés pour chacun des sept axes d’exploration. Ils seront chargés d’approfondir leur périmètre conceptuel, de définir précisément les travaux à mener et de trouver des chefs de projet pour les diverses opérations à mener. Au-delà, l’équipe de la phase P maintient le contact avec la communauté du Lab impliquée dans les étapes précédentes. De même, le principe d’ouverture sur l’extérieur perdure, pour enrichir l’exploration. « Nous avons déjà organisé un challenge pour les étudiants, sur la documentation de maintenance du matériel roulant, cite Bruno Langlois. À partir de deux vidéos, ils devaient imaginer un support digital pour remplacer les manuels actuels. Leurs propositions nous ont donné plein d’idées pour la suite ! »